Asfeld et l’église Saint Didier (inaugurée en 1686)

          

 

C’est en 1671 que Jean-Jacques de Mesmes, Comte d’Avaux racheta le village d’Ecry pour arrondir son fief. Il lui donna son nom (ce n’est qu’en 1728 que ce village deviendra Asfeld).

Le Comte promit à l’archevêque de Reims de reconstruire la vieille église d’Ecry ruinée par l’âge et les guerres incessantes depuis un siècle. Il tint sa promesse au-delà de toute espérance. 

Il voulait un bâtiment capable de perpétuer son nom dans la postérité. Il s’adressa à un Dominicain, célèbre architecte du Roi Louis XIV, le frère François Romain et sera assisté par l’architecte Fleury. Toute en briques, ceinte de colonnades, couronnée de dômes, l’église Saint Didier, Un chef d’œuvre de l’art baroque ! Son plan, inspiré des édifices de l’Italie baroque, nous ramène encore au fait que c’est d’Italie, justement, que nous vint la tenue définitive de la viola da gamba. Selon le vœu fervent de l’architecte et du commanditaire de l’époque, du chœur de l’église Saint-Didier devait monter jusqu’au Ciel la voix humaine, prières, chants et musique confondus : quoi de plus naturel, alors, que d’organiser, au sein de l’écrin de verdure qui entoure l’édifice, la manifestation la mieux à même d’illustrer cette exigence ? 

Asfeld est un petit village à 25 kilomètres au nord de Reims dans le sud des Ardennes.

Dans ce village trône l’église Saint Didier, chef d’œuvre d’architecture et curiosité  admirable par sa singularité. Cette église est en forme d’instrument de musique et plus particulièrement en forme de viole de gambe !

Le festival, la Société Française de Viole de Gambe (SFVdg) et l’Association pour la mise en valeur du Patrimoine d’Asfeld (APA)

 

C’est en 2001 que Christian Weeger, secrétaire de la Société Française de Viole, eut l’idée d’y créer en partenariat avec l’Association pour la mise en valeur du Patrimoine Asfeldois, un festival musical avec pour objectif de faire sonner dans cette église en forme de viole. Le Festival international de la viole de gambe d’Asfeld est devenu en effet, dès le tout début, le moment privilégié, incontournable, favorisant la rencontre non seulement des violistes professionnels et amateurs, mais aussi des éditeurs de musique, des luthiers et des mélomanes de tout bord, amoureux d’histoire et de musique ancienne et moderne. Son ambiance unique est de plus en plus appréciée, le public amateur de plus en plus nombreux venant de France, d’Angleterre, d’Allemagne, de Belgique, d’Autriche….

A chaque édition, le salon des luthiers regroupe des artisans de toute l’Europe et en a fait un rendez-vous incontournable.

A ce jour les grands spécialistes de la viole de gambe sont venus jouer dans cette acoustique unique : Jordi Savall, Christophe Coin, Wieland Kuijken, Paolo Pandolfo, Guido Balestracci…

Une superbe acoustique pour les enregistrements

 

C’est en avril 2010 que Jean-Louis Charbonnier, devenu directeur artistique

de l’événement, enregistre un double CD de son intégral Marin Marais

dans la très belle acoustique de ce monument.

 

    En 2012, Claire Giardelli enregistre les six célèbres suites pour violoncelle. 

   Cette nouvelle interprétation du chef-d’œuvre de J.-S. Bach sort des sentiers battus par son respect particulier des textes, son dynamisme influencé par la structure

des différents mouvements de danse de l’époque et la sobriété de son langage.

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now